Les runes, ætt d’Hagalaz (1)

Les runes

Dans cette série d’articles, nous présenterons les significations des runes.

Le deuxième ætt, l’ætt d’Hagalaz, est celui des runes de notre environnement, tant naturel que social.

Les trois premières runes de cet ætt parlent des phénomènes naturels vus au prisme des nordiques. Les cinq runes suivantes évoquent les relations qu’entretiennent les Hommes avec la nature.

Hagalaz

Rune Hagalaz de l'ancien fuþark
Rune Hagalaz de l’ancien fuþark

Rune de la grêle, Hagalaz est la pluie figée par le froid, le grêlon qui détruit les récoltes, et la neige (les formes récentes de la rune évoquent d’ailleurs un cristal de neige) qui, durant l’hiver, est la mort de la nature. Cette notion de destruction est très étroitement liée à l’idée de catastrophe naturelle, toute force destructrice qui relève d’une catastrophe naturelle est régie par le pouvoir de la rune Hagalaz.

Toutefois la mort liée à cette destruction n’est qu’apparente, car au printemps la nature renaît. On voit poindre ici la notion de changement (la verdure disparaît sous la neige pour réapparaître au dégel), mais aussi de renouveau. Le grêlon devient graine. On peut voir ici la puissance des forces naturelles liées à Þurisaz amplifiées : le 3 lié à Þursiaz et multiplié par lui-même pour donner le 9 lié à Hagalaz, qui est la neuvième rune et la première de l’ætt… La destruction amène un nouveau départ. Certains voient ce lien dans la proximité phonétique entre le chiffre et la notion de « nouveau » dans les langues modernes.

Le son associé à la rune Hagalaz est le h expiré de « house ».

Nauđiz

Rune Naudiz de l’ancien fuþark
Rune Naudiz de l’ancien fuþark

Rune de l’inexorabilité du destin, de la terreur de l’humain face à la destinée, Nauđiz (quil faut prononcer « naoudize ») est une rune négative. Après la destruction des récoltes provoquée par Hagalaz, vient la détresse causée par la famine. Elle met en avant les épreuves de la vie et un état de détresse qu’il faut surmonter, à n’importe quel prix, pour ne pas succomber à un destin fatal.

Nauđiz est également associée à une perte des forces, de la santé, de la vue, mais aussi des forces armées ou pécuniaires. Tout ceci évoque l’automne de la vie d’un homme.

Le son associé à la rune Nauđiz est le n de « nu ».

Īsaz

Rune Isa de l'ancien fuþark
Rune Isa de l’ancien fuþark

Rune du pont reliant le monde des vivants et celui des morts, Īsaz représente aussi les dangers inhérents à la traversée de ce pont et, par extension, la mort.

Īsaz représente la glace, pas celle du grêlon comme Hagalaz, mais bien la glace éternelle de Niflheim. Cette glace est le principe d’inertie qui s’oppose à la fougue et l’impétuosité du feu pour donner la vie.

Le son associé à la rune Īsaz est le i de « ici ».

Jēra

Rune Jera de l'ancien fuþark
Rune Jera de l’ancien fuþark

Rune de Freyr, de la prospérité apportée par la récolte de l’année, Jēra (qu’il faut prononcer « yéra ») signifie année ou moisson. Elle marque la transition cyclique de la nouvelle année. Elle est, comme les runes Hagalaz, Nauđiz et Īsaz, une rune de l’hiver, mais représente un hiver serein grâce aux récoltes, et à l’abondance et les richesses offertes par la terre.

Jēra évoque donc le cycle des saisons et les récoltes à venir, elle enseigne la patience du semeur qui sait que le fruit et sa récolte viendront, en temps et en heure. Elle rappelle également que chaque chose arrive au moment propice.

Le son associé à la rune Jēra est le y de « yeux ».


Cliquez ici pour revoir le début de cet ætt. Pour découvrir la suite du deuxième ætt, c’est par ici.

Découvrez également les conseils des runes

Partager :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *