Samhain

Samain est aussi connue comme Samhain en irlandais, Samhuinn en écossais. C’est l’une des quatre grands fêtes religieuses du calendrier celtique protohistorique. Samain marque la troisième et dernière moisson. On connaît aussi Samain comme la fête des Pommes, parfois comme la fête des Morts.

C’est une fête de transition. Ce sabbat marque le début de la période sombre, mais aussi le début de l’année. Chez les Celtes, Samonios est le mois équivalent à notre novembre. C’est pourquoi les célébrations de ce sabbat commencent à la tombée de la nuit du 31 octobre.

Bien qu’elles soient célébrées en même temps, il faut différencier Samain de la fête d’Halloween. La première est une célébration spirituelle dont le but est entre autres d’honorer le cycle de la vie et les ancêtres et les disparus. La deuxième est une célébration, devenue laïque et ludique, dont le but était de se protéger contre les esprits en les effrayants ou les amadouant.

Signification de Samhain

Auteur inconnu, une piste ?

Samain est aussi une fête agraire, plus précisément une fête des moissons. La tradition disait que toutes les récoltes non rentrées après cette date étaient perdues. C’est aussi parce les jours maintenant plus courts que les nuits que Samain représente la mort.

Toutefois, contrairement aux traditions actuelles qui la mort comme quelque chose de lugubre, Samain inscrit la mort dans le cycle perpétuel de la Nature. La mort des plantes à l’automne va, durant la mort apparente de la terre, permettre de nourrir les graines et les sols.

Dans les traditions celtes, le voile séparant les mondes est le fin possible… Il est donc plus facile de contacter nos défunts, mais il est aussi possible aux dieux et aux diverses entités de passer dans notre monde.

Dans la tradition Wicca, le Dieu est maintenant mort, il se régénère dans la matrice de la Déesse avant de renaître.

Divinités associées

Par ses origines, le sabbat de Samhain n’est pas directement dédié à une divinité. Toutefois, par sa symbolique, ce sabbat est en rapport avec les divinités des panthéons européens liés aux moissons, à la magie mais aussi à la mort. On pourra donc vénérer :

  • Erecura (déesse de la Mort et de la fertilité) ou Cailleach (sorcière divine et déesse mère) du panthéon celtique.
  • Déméter (déesse des récoltes), Perséphone (reine des enfer, déesse liée au retour de la végétation au printemps), mais aussi Carmanor (dieu crétois des moissons) ou Hécate (déesse des Mystères, de la Magie, de l’Ombre et des Morts) du panthéon grec.
  • Cérès (déesse des moissons), Proserpine (reine des enfers et déesse de la germination des graines), Pluton (dieu du monde souterrain et du monde des morts) ou Trivia (déesse de la magie) du panthéon romain.
  • Odin (Ase, dieu de la sagesse, lieur et magicien), Ran (déesse de la tempête et de la mort pour les marins), Hel (déesse des morts sans gloire) ou les Valkyrie (Dises, déesses distribuant la mort sur les champs de bataille) du panthéon nordique.
  • Yarilo (dieux de la moisson), Dajbog (dieux du soleil et des moissons), Morana (déesse de la moisson, de la sorcellerie, de l’hiver et de la mort) ou Flins (dieu wendes de la mort) et Zirnitra (dieu dragon de la sorcellerie) du panthéon slave.

Rituels

Le sabbat est célébré à partir de la tombée de la nuit du 31 octobre jusqu’au lever du jour suivant.

Un repas commun, que l’on accompagnera, si possible, de cidre et de jus de pommes, sera préparé. On n’oubliera pas, durant ce repas, de préparer un couvert (que l’on garnira de bonnes portions) pour les disparus de l’année. On restera silencieux durant ce repas. Ensuite la joie reprend vie et on pourra faire des jeux ensemble, raconter des contes ou évoquer les défunts qui nous sont chers, raconter leurs histoires aux plus jeunes. Cela permet aussi, seul ou en famille, d’avancer dans le processus de deuil…

Il est aussi de coutume d’offrir des biscuits aux fées et aux esprits, mais également aux plus pauvres que soi.

On pourra réaliser un rituel de libération des entraves. Il vise à se libérer de ses peurs et des entraves du passé, afin de mieux aller de l’avant. On s’entourera de lumière pour guider les esprits. Ces lumières peuvent être des bougies mais aussi lanternes creusées dans des navets, des betteraves ou des citrouilles.

Si l’on allume un feu de cheminée, on le laissera s’éteindre durant la nuit pour le rallumer le lendemain. Ce sera le symbole du cycle de la mort de la renaissance de la nature.

Samhain est une période propice à la divination. On pourra découvrir un nouvel outil, ou entrer en communication avec les entités présentes pour avoir des réponses.

Symboles associés à Samhain

On utilisera les symboles suivants :

  • Un sablier, des masques, des miroirs magiques (en obsidienne pourquoi pas), des pommes, des citrouilles ou une grenade.
  • Les couleurs automnales et rappelant la saison sombre qui s’annonce : orange, brun, noir ; mais aussi rouge et vert foncés, argenté et doré.
  • Les chandelles rouges, oranges et noires.
  • L’encens de myrrhe, de cyprès ou de cèdre auxquels on pourra ajouter de la sauge, du romarin, de la menthe ou du clou de girofle.
  • Les bois de cèdre, de cyprès, de châtaigniers, de noyer et de noisetier et de pommiers ; mais aussi les chrysanthèmes et les fleurs de la famille des tagètes : œillet d’Inde, rose d’Inde…

Revoir la liste des sabbats

Partager :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *